Un froid Sibérien ?

thermometre froid

Alors, est ce qu’il fait si froid que ça en Sibérie ?
La réponse tient en deux mots : climat continental. Ça veut dire qu’il y a de grandes différences de température entre l’été et l’hiver. Là, à l’heure où je vous parle, on est en août et je suis en t-shirt à côté d’une fenêtre ouverte. En gros l’été (juin-août) ne diffère pas trop du nord de la France (disons Paris) : il peut faire chaud, jusqu’à +40 dans les cas extrêmes, ou plus frais, mais habituellement autour de +25 l’après-midi en gros. Donc quand je pars en Sibérie l’été, j’emporte une valise pleine de shorts et de petites robes (et un maillot de bain si jamais je compte faire un tour près d’un lac).

krasnoyarsk ete

Bon le problème de l’été c’est les flaques d’eau quand il pleut. Les urbanistes qui ont œuvré à NE PAS mettre en place de système d’évacuation de l’eau de pluie méritent des baffes. Le résultat, c’est que PARTOUT il y a des flaques ; les voitures se noient, les voitures deviennent sales, les voitures éclaboussent les piétons, les piétons sautillent entre les flaques et pourrissent leurs chaussures, les piétons contournent le trottoir pour éviter de marcher dans une flaque et glissent sur la boue… Et même quand il fait beau, il y a souvent des flaques un peu partout, vu qu’en l’absence d’évacuation ça met pas mal de temps à sécher ces horreurs.

flaque

Donc l’été il ne fait pas froid ; même tout au nord de la Sibérie dans le Kraï de Krasnoïarsk comme à Norilsk, les températures sont positives et douces (dans les 15-20 degrés), même si plus on monte au nord plus l’été est bref.

Mais oui, il peut aussi faire très froid en Sibérie.

hiver ville

La ville est sous la neige cinq mois par an (de novembre à mars environ). En décembre-janvier, le mercure atteint facilement -30, et il peut descendre jusqu’à -40 voire au-delà. En janvier 2011, le jour où je repartais en France, il a fait -45.
Et à quoi ça ressemble, -30 ? Eh bien tout d’abord laissez-moi vous dire que le froid Sibérien n’a rien à voir avec le froid français. -10 en France c’est atroce, tandis que -10 quand il neige, en Russie c’est une météo idéale pour faire une petite promenade hivernale. Cette différence tient d’abord à la relative sécheresse de l’air : le climat est continental, on est loin de la mer. On n’est généralement pas non plus trop agressés par le vent (si Norilsk semble difficile à vivre à des natifs de Krasnoïarsk, c’est notamment à cause des vents violents qui parcourent cette ville, créant des tempêtes de neige, alors qu’au vu du mercure les climats de ces deux villes ne semblent pas différer spectaculairement).
Un froid humide s’immisce partout, quelle que soit ta tenue. En revanche on peut se protéger contre un froid sec (a fortiori sans vent). Les Sibériens sont extrêmement à cheval sur le fait d’adapter sa tenue à la météo ; moi qui n’y suis plus habituée je me prends tout le temps des remarques par mon entourage (« Il fait trop chaud pour te mettre en jean !! / Ne sors pas avec ces sandales il fait trop frais !! »). Mon père venu me rendre visite à Paris l’hiver a été stupéfait par le nombre de Parisiens tête nue et sans gants l’hiver (« Moi je ne sors jamais sans couvre-chef dès que la température descend en-dessous de zéro ! »).
Et par -30, comment s’habiller ? On empile les couches ; tout le monde y compris les hommes mettent des sortes de collants en laine sous les pantalons ; on met un bon gros pull, on a un manteau bien adapté (fourrure vraie ou fausse, laine épaisse, ou grosse doudoune), on couvre bien le cou avec une écharpe, et on n’oublie pas les extrêmités : moufles et chapeau. Pour info, « chapka » ça veut dire chapeau en russe ; en russe chapka ça se dit « ouchanka » (« truc à oreilles ») et c’est un couvre-chef aujourd’hui rarement porté par autre chose que des hommes de plus de 50 ans. Donc au vu de toutes ces couches, il faut bien cinq minutes pour s’habiller pour sortir (et vice-versa pour rentrer). Car, dieu merci, on chauffe les logements.

Ah oui et on pense à enfiler des chaussures doublées, et qui NE GLISSENT PAS !! (je n’étais pas venue en Russie en hiver de 1998 à 2010 ; et en 2010 j’ai commis l’erreur de venir en après-skis, certes assez chauds, mais qui m’ont causé pas mal de gamelles)
Car le sol couvert de neige, là où beaucoup de gens en marchant l’ont compacté, devient une sorte de verglas glissant (et bien sûr en début et fin de saison enneigée il y a plein de vrai verglas). Les locaux ont l’habitude d’y faire attention. Pour ce qui est des voitures, on met des pneus spéciaux et surtout on apprend à conduire sur de la neige compacte (parce que déneiger complètement les rues et, encore pire, les routes, sur des territoires aussi gros, ce serait peine perdue). Mais on apprend vite quand on pratique cinq mois par an.

Du coup jusqu’à -30 on peut encore se déplacer dehors à peu-près normalement ; au-delà ça commence à devenir pénible, et au-delà de -40 on commence à éviter de sortir quand ce n’est pas indispensable ou on raccourcit les trajets. J’ai testé pour vous, fumer une clope par -45 : c’est une activité infaisable avec des moufles ; du coup il faut en gros alterner les mains et enlever/remettre sa mouffle sur chaque main toutes les 3-4 taffes.
Et démarrer sa voiture par moins de -30, c’est bien bien chiant, il faut se lever tôt pour la réchauffer le matin (et si elle est vraiment gelée, appeler des services spéciaux qui s’occupent de ça). Du coup mon père par exemple a investi dans une voiture qu’on peut démarrer à distance avec le bip qui ouvre les portières. Il se lève, il démarre la voiture, il prend son petit déj, et quand il monte dans sa bagnole pour aller bosser, pouf, elle est tiède et prête.

Donc ouais l’hiver quand il fait très très froid (moins de -30) c’est pénible. Mais c’est loin d’être la pire saison de l’année à mes yeux.
La pire, c’est le printemps. Vers fin mars, début avril, quand la température oscille autour de 0, et que le tas de neige accumulé en 5 mois fond. Tout est boueux et complètement dégueu (je rappelle la situation avec les flaques), et il y a bien souvent du verglas. Atroce.

printemps

Aux prochains épisodes, la population, la bouffe et les transports, dans un ordre totalement aléatoire qui dépendra de mon inspiration.
Balancez vos requêtes si vous avez d’autres idées 🙂

Publicités

3 réflexions sur “Un froid Sibérien ?

  1. Pingback: Si rien qu’à le regarder tu ne sens pas tes artères se boucher, ce n’est pas de la bouffe russe | Krasno... quoi ?

  2. Pingback: Une ville de trois fois la surface de Paris, sans métro | Krasno... quoi ?

  3. Pingback: Oh, let me be mawkish for the nonce! I am so tired of being cynical. | Krasno... quoi ?

Laisse bien un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s